Vol 1184 pour l'enfer

Portrait de Yann Décombaz

Voici un petit script que j'ai écrit en vitesse pour tester Bimbo, le jeu dont vous êtes la vedette. Il est minimaliste car je voulais laisser à mes joueurs le plus de liberté possible afin de mettre le jeu à mal. Force m'est de constaté qu'il a fallu attendre la scène 3 pour que les joueurs prennent conscience de toutes les possibilités que leur offrait leur argent et leur points de plans... Mais sur la fin, ça s'est tiré joyeusement dans les pattes et le budget du film a pris du bide grâce aux actrices. Mais trêve de bavardages, voici ce que vous attendez tous, le nouveau chef-d’œuvre du 7ème art :

Scène 1 : Maman, j’aurais dû rater…

Le titre apparaît sur fond de nuages qui défilent à l’aube puis la caméra fait un demi-tour. Plan extérieur d’un Boeing 747 de « South-West Pacific Airlines » volant au-dessus des nuages et traveling dans la cabine. Les joueuses sont assises dans la même rangée et le vol est calme. Il est temps pour nos vedettes de s’affirmer en mettant leurs rôles en place. [split-screen] Une mécanique complexe apparaît en haut de l’écran alors que les interactions vont bon train. Traveling arrière, la mécanique en question est reliée à un minuteur, le traveling continu pour montrer une valise, puis la soute puis l’extérieur de l’avion. Disparition du plan intérieur de l’avion, le traveling continue et une explosion détruit une partie de la queue de l’appareil.

Objectifs : Mettre en place les vedettes et le « pourquoi du comment ».

Les personnages peuvent se connaitre ou pas, cela n’a pas la moindre importance… Et puis, on n’est jamais assis à côté des bonnes personnes en classe eco.

Scène 2 : La plage

L’épave de l’avion gît à quelques mètres de la plage, partiellement submergé. Les vedettes se retrouvent sur la plage, brûlées et partiellement dénudées avec 3 passagers survivants et le co-pilote. Une jungle épaisse borde ladite plage. Il est temps de chercher à survivre, construire une cabane, pécher, chasser, bref scène Robinson Crusoé. Alors que la nuit tombe et que les personnages se reposent autour d’un feu qui éclaire a peine les alentours, une flèche vient transpercer la gorge de l’un des survivant.

Objectif : Montrer la dangerosité de l’ile, permettre quelques scènes « clichés »

Lors de la partie test, une joueuse s’est offert un requin en FX pour animer l’épave. Pensez-y pour le remake, la scène â été très fun et le seul mec du casting (joué par la seule fille à la table), après avoir tué le squale, nous a sorti cette magnifique punch line : « Ce soir, c’est Sushis ! ».

Scène 3 : Cours, Lola, Cours !

Alors que la nuit est tombée et que les personnages n’ont, pour seul lumière, que quelques torches improvisées, les voilà à détaler dans la forêt poursuivies par une horde d’indigènes cannibales qui veulent en faire leur prochain repas. Il s’agit d’une course poursuite avec quelques obstacles :

  • Une ravine abrupte
  • Une rivière infestée de trucs qui mordent
  • Un piège des autochtones
  • Un camp de chasse indigène

Objectif : Amener les joueuses près d’un camp de trafiquants de drogue.

Pour ma part, j’ai décidé de jouer autant de tous qu’il y avait de personnes autour de la table, moi compris. Ça a donné lieu à quelques plans sympas, comme une tentative de bousculade ratée ou un coup de bâton… Bref, tout le monde a appliqué la stratégie des baskets*

Scène 4 : Les 7(00) salopards

Voici nos actrices devant un camp de trafiquants de drogue. Quelques baraquements, beaucoup de soldats, des réservoirs d’essence et des armes qui explosent, c’est la grande scène d’action. Au loin, sur une piste de brousse, un avion attend patiemment de décoller, mais il faudra traverser le camp dirigé par Don Estéban Garcia. Bien sûr, les « banditos » ne vont pas se laisser pendre leur avion ou accueillir les «chicas » si facilement. Allez, faites péter le budget ! C’est maintenant que vous avez l’occasion de placer tous ces effets numériques payés à prix d’or !

Objectif : Qu’au moins une des actrices se tire avec l’avion.

Lors de notre partie, deux actrices ont réussi à se barrer. La première avec un « traveling », la seconde avec un « coupé on la refait » et un traveling. Une troisième a tenté le coup mais s’0est vautrée à la fin (avec un peu d’aide de la seconde survivante).

Casting :

Co-pilote Jenkins: SR M1 S2 (co-pilote (3), stage de survie (1))

Trois survivants : F (anthropologue ou chef d’orchestre ou comptable (1))

Autant d’indigènes que nécessaires : F (sauvages(2))

Don Estéban Garcia : V M4 S2 (Caïd (4), Pilote (3), Meneur d’hommes (3), Gâchette facile(2), Beau parleur (2))

Trafiquants : F (hors-la-loi(2))

Résultat

Le film s’est fini par 14 points de bouclages contre 8 de fiasco, ce qui n’est pas si mal compte tenu des dérives des premières et seconde scènes. Un seul personnage a pu placer son cliché mais toute la partie était très rythmée et fun. Un très bon moment donc !