Les Lames du Cardinal - Playtest

Portrait de Yann Décombaz

Hier au soir, nous avons, avec Baudin, Pinpin et Arnaud, testé Les Lames du Cardinal. Force nous fût de constater qu'après une première impression fausse, il s'agit d'un excellent jeu. Mais voyons d'abord ce qu'en dit l'éditeur, Sans-détour :

Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Le Cardinal, l’une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse se garder des ennemis de la Couronne. L’espionnage, l’assassinat, la guerre, tout est bon pour parvenir à leurs fins… et même la sorcellerie, qui est l’œuvre des plus fourbes adversaires du royaume : les dragons !

Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir. Déjà la Cour d’Espagne est tombée entre leurs griffes…
Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Car l’heure est venue de reformer l’élite secrète qu’il commandait jadis, une compagnie d’aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d’élégance, de courage et d’astuce, ne redoutant nul danger. Les Lames du Cardinal !

Le matériel

Comme à son habitude, Sans-Détour nous livre un matériel de qualité, avec deux livrets couleurs de près de 70 pages chacun. Les illustrations sont magnifiques et tout à fait dans le ton du jeu. Une séries de cartes richement illustrées présente aussi les archétypes de personnages et facilitent grandement la création. Mais le plus beau reste le "Tarot des Ombres", cœur du système de jeu et véritable petit bijou de design. S'il fallait trouver un point négatif, l'on pourrait regretter que les deux livres soient reliés à la colle et non cousus.

L'univers du jeu

"La France du XVIIème avec des Dragons" est à la fois fidèle et réducteur. Mais sans vous livrer tous les détails de l’univers, on est vraiment ici dans les grandes heures des mousquetaires avec un glaçage fantastique qui ne va ni dans le Med'bourre classique (pas de boules de feu) ni dans le cliché "secte chtonienne". Un équilibre subtil mais efficace entre historicité (le bosse des Lames, c'est Mazarin quand-même) et fantastique donne un jeu à l'ambiance vraiment unique. Je n'ai pas lus les romans de Pierre Pevel mais force m'es de reconnaître que ce jeu me donne envie de le faire.

Le système

Contrairement à la plupart des JdR, celui-ci fonctionne avec un jeu de tarot plutôt qu'avec des dés. Et c'est là que j'ai pris peur... Le système à, de prime abord, l'air affreusement compliqué avec ses arcanes majeurs, ses défausses et ses combinaisons. Pourtant, il est vite pris en main et, une fois les concepts de base assimilés, "roule" tout seulet permet aux joueurs de maitriser un peu leur chance. De plus, le système de combat en assaut et rondes permet un aspect stratégique que je n'ai pas trouvé ailleurs sans un JdR tout en ouvrant la porte à des descriptions digne du fameux "Après l'envoi, je touche!".

Un bon jeu, donc, qui devrait ravir ceux qui, comme moi, aiment le style "de cape et d'épée"!